Poème

Ravage

Je tourne comme un sourd dans ma cage
ma platine vinyle est cassée
j’ai une boule de feu dans le ventre
et les rots rythment mes journées

Boire quelques bières en attendant
un pote
et calmer la douleur

Sortir sans savoir où aller

Vivre sans autre projet
que le projet d’essayer de vivre
un jour de plus
un an de plus
si possible sans procès

et avec quelques bons
poèmes à écrire

comme celui sur ce
gamin là derrière le
muret. il se cache pour
fumer
il doit avoir douze ans

à tout péter.

son œil est violet.

et plus loin, derrière moi, un tatoué
avec une voix de femme
chante
il est beau, les belles femmes le regardent

elles sont toc toc les
portes du paradis

mais de toute façon

le soleil ne brille plus
pareil depuis qu’ELLE est
partie

mon Elisabeth Craig

Laisser un commentaire