Salut ! Salam a les koum, saille au hara, tout ça tout ça…

….Bienvenue, qui que tu sois et où que tu ailles, dans mon modeste souterrain.
….C’est un endroit étrange que celui-ci. Un endroit où les mots tentent de foutre des coups de pompe dans la fourmilière audiovisuelle ainsi que dans la sphère littéraire. Et faut l’avouer, c’est pas rien ! Autre chose que filer une claque à sa grand-mère.
….Alors… avant que ta bouche ne se consume, brûlante de questions aussi indispensables que futiles, laisse-moi te répondre :

 

….Kike tu es-tu ?

….Un mec né en l’an de grâce 19.. (à remplir comme vous vouloir) de l’ère Mitterrand, biberonné au Club Dorothée, dont le rêve était de devenir une Rock Star et dessiner lui-même ses pochettes. Malheureusement pour lui (moi), il chante faux, n’a aucune oreille musicale et dessine comme un pied. Alors il ne lui restait plus qu’à dessiner des mélodies avec des mots et passer par un logiciel pour faire ses couvertures…
….J’aime le blues, la bouffe avec plein de lipides dedans, la bonne bière et le mauvais vin, la boxe thaïlandaise et les tickets de métro (non, ça c’est pas vrai).

 

….Kike tu n’es-tu pas ?

….Un mec qui a fait des études littéraires, un parisien, un gendre idéal, un mec qui sait obéir aux ordres en se disant « ben c’est comme ça », qui pense à sa santé et fait du sport tous les jours, qui sait faire des « cons sessions », classifié comme « équilibré », bref, un type dans les rangs. Situation peu enviable et pas faite exprès (ce qui n’est pas la fête).

 

….Koike cékoi ici ?

….Ici, c’est le Souterrain, et c’est mon chez moi virtuel (lorsque je ne suis pas sous les reins de ta sœur dans le réel). Un espace de liberté et d’expériences. Tout le monde peut y venir (à condition de vouloir venir), que ce soit pour tailler une bavette, proposer un texte ou autre chose, me remercier dans les commentaires d’être un grand artiste et l’écrivain le plus génial depuis Alain Souchon, s’abonner et me partager sur les réseaux pour que toute la planète ne soit pas à la traîne et découvre la finesse démente de mes chevilles.
….Cet endroit est également une déclaration de guerre, mais j’ai pas encore trouvé à quoi… Si tu veux en savoir plus, je t’invite à t’abonner (dans l’un des formulaires présents sur le coté ou à la fin de chaque article) et ainsi lire gratos mais avec une frénésie à peine contenue – j’en suis certain – mon Manifeste, sorte de piège dont je regrette sans cesse la publication…

 

….Bon, et y’a kôa à voir?

….Patience Mon Petit Renard (tu permets que je t’appelle « Mon Petit Renard » Mon Petit Renard ?), même si je comprend ton enthousiasme de partir à la découverte de ce lieu, et même si ça me fait plaisir de savoir que tu suis, sache modérer tes hardeurs (sinon écoute du hard (rock hein? pas boum boum)) (oui, c’est possible de mettre deux parenthèses collées) ! Ici, y’a des mots, des gros et des petits, les miens et ceux de ceux qui ont voulu venir.
….Pour entrer plus dans le détail, dans ces souterrains se trouvent :
….Le Journal (oui, tu peux cliquer sur le truc gras), avec ses chroniques souterraines (oui oui, clique tu verras, ça fait quelque chose !), riches et enivrantes, tristes et salutaires, chiantes ou arrogantes – c’est selon l’humeur – paraissant tous les jeudis parce que le jeudi, c’est bien pour lire une chronique.
….La Maison d’Édition, où, si t’es sympa, t’achèteras quelques livres, car c’est ce qui doit me faire vivre (eh oui, même un artiste a besoin de payer le loyer et manger, même liquide). Une maison totalement indépendante, avec pour seuls maîtres à bord ton serviteur et ses amis bénévoles. En gros, c’est là où se trouve à la vente l’artisanat souvent fourni gratuitement sur ce blog avant.
….Mais encore (non, là y’a rien à cliquer, ne t’énerve pas), cachés par-ci par-là, dans les méandres souterrains, des poèmes (là oui, tu peux jouer de la souris cliqueur fou), des nouvelles (aussi), des recettes pour cuisiner le chat (et ben non !), des lectures audio (pas encore mais bientôt), et tout plein de choses déjà là, ou pas encore là, mais à venir dans l’avenir. En gros, balade-toi dans ces lieux, si tu n’y fous pas trop le bordel, tu peux y rester autant que tu veux.

….Voili voilà, Ouelkome dans les souterrains de la littérature non visible, décroise les doigts de pieds, ouvre une bouteille et… Bonne lecture. En espérant te régaler et te revoir en tant qu’abonné fidèle et hargneux, genre groupie sous caféïne XXL vibrante de plaisir et d’extase sous chacun de mes mots…

Comments are closed.