Une de la semaine

Chronique Souterraine #24

 

NOS NIOUZES, GOUT DE NIOUZE

 

Alors, je vous ai manqué ? Pourquoi vous me direz ?
Disons – après cette Bashungnade – qu’il est bon pour mon petit ego de se dire que durant ces deux mois sans nouvelles vous n’en pouviez plus de ne pas me lire, saignant des yeux par manque de lectures intelligentes et subtiles (c’est tout moi !) allant même jusqu’à vous retaper d’anciennes chroniques de votre serviteur, lire lire lire et relire mes poèmes et, bien entendu, acheter en masse et offrir à vos proches un bon bouquin pour cet été, c’est-à-dire le mien.
Non ?
Vu mes ventes et les lettres d’amour de mon banquier, je m’en serai douté. Mais laissez-moi le croire, la croyance est magique. En effet, mieux vaut croire qu’il est bon d’être un écrivain valable et reconnu plutôt que d’imaginer mettre la France à genoux en arrêtant de manger du porc tout en se faisant péter la couenne, ou la Cohen. Quoique…
Mettons les choses au clair tout de suite : je n’ai pas arrêté de publier sur le blog durant deux mois because je me suis tapé un voyage en Russie pour assister à la coupe du monde de fous-te-balle. D’ailleurs à ce propos, pourquoi le peuple est-il fier d’être français et d’afficher son drapeau uniquement lors des attentats ou des compétitions dans lesquelles des jeunots en short et à chaussettes montantes ont pour seul et unique but de mettre un ballon dans des filets pour se faire sauter dessus de la part de leurs partenaires tandis que le public applaudit ??? Faut qu’on m’explique. Tout comme il faut m’expliquer le fait qu’on nous rabâche les oreilles avec l’Europe, et qu’il n’y avait pas d’équipe sous bannière européenne. Simplement parce que les gens sont avant tout croates, allemands, français ou italiens avant d’être européens ? Je dis ça, je dis rien.
En revanche, si vous m’avez manqué, c’est que j’ai bougé. Parti en voyage. Un petit retour au pays (back in France pour les ché-bran), après quatre années d’absence et… comme d’habitude avec moi, ça ne pouvait pas être simple. Je veux dire, une personne normale paie son billet, fait ses valises, embarque, décolle, se pose, voilà. Moi : je paie le billet, je fais les valises, et suis bloqué par la Police Aux Frontières à cause d’une interdiction de séjour depuis belle lurette périmée. À l’heure du bigue-data-mes-couilles-point-zéro, l’administration de la cinquième puissance mondiale (plus pour longtemps) n’est pas capable de mettre à jour ses rapports. Bien entendu les flicaillons se sont montrés très polis et aimables et courtois. Et bien entendu aussi, j’ai été immédiatement remboursé lorsqu’ils se sont rendu compte de leur erreur.
C’est à ce moment-là que l’on remercie nos parents et nos amis d’avoir plus d’argent que nous. Car, si j’attendais les sous de la Justice pour me fendre d’un nouveau billet, vous auriez sans doute eu quelques chroniques au vitriol et mon fils lui, attendrait encore pour embrasser son père.
Mais je suis parti. Et la première sensation que j’ai eue en arrivant à l’aéroport, outre le choc de voir mon père sans moustaches, a été de prendre peur lorsque de la buée est sortie de ma bouche en manque après 12 heures sans fumer. J’avais oublié la fraîcheur du matin.
La Provence m’avait manqué, et les longues journées aussi. Les Provençaux, eux, moins. Mais je vous garde le plaisir de ces pérégrinations pour d’autres papiers.

Sinon, de quoi parler d’important ?
De l’affaire Benalla ? Franchement, est-il si étonnant que dictateur junior ait ses milices privées ? De ce brave Marc Granié, CRS qui, après avoir dénoncé les plusieurs tentatives d’assassinat commanditées en haut lieu à son égard s’est retrouvé arrêté et foutu à l’asile ? Le fait que je crois avoir perdu mon permis en doublant des camions sans respecter les 80 km ?
Non, tout ceci n’est rien.
Un drame en revanche : Corbier, le barbu qui chantait le nez de Dorothée (si tu as moins de trente ans, ne cherche pas à comprendre) est mort. Du coup, par nostalgie, j’ai foutu mon fils tout l’été devant des Nicky Larson. Heureusement pour lui, ce brave Nicky n’a pas de compte Twitter où l’on balance volontiers les porcs pour préserver les truies.
Ah oui, sinon j’ai une chienne aussi maintenant, une paumée. Et une nouvelle machine à écrire trouvée pas cher (en euros mais en francs ça douille) chez l’abbé Pierre. Et des nouvelles de mon ex, apparemment, elle a bien amorti son abonnement à Meetic (hache, tague, balance). Et une ex de mon pote qui me traitait de pédophile sort avec un gars plus vieux que moi. Et j’ai eu envie de fabriquer du savon Yoda (à une époque où la terre est en train de craquer, j’étais certain de pouvoir les vendre quinze boules pièce aux bobos et aux geeks sur les places d’Aix-en-Provence) mais j’ai vu les normes payante de la cosmétique, puis faire un restau qui s’appellerait le « Cale-bar » ou le « Beau Bar » et finalement c’est parti en sushi quand j’ai vu les normes payantes de la restauration. Et j’ai vu une lune rouge aussi. Et j’ai pensé aux fibromes de ma copine en écoutant l’adagio de la marche héroïque de Beethov’. Et cette satanée chienne vient de péter un bol.

(putain j’avais perdu l’habitude d’écrire, qu’est-ce qu’elle fait mal au cul cette chaise !!)

((Le bordel cette chronique, ça se voit que c’était les vacances))

Sinon à part ça j’ai maigri – un peu – j’ai la crève et pas de quoi aller chez le dentiste (ni ouvrir un restau). Si seulement j’avais la carrure pour faire milicien dictatorial, ou coureur en chaussette montante…

Bon, calmons-nous deux secondes et reprenons.

 

Le problème quand on essaie de faire le ménage dans nos vies, c’est que c’est toujours la crasse qui gagne. Je vois ma copine par exemple. Trente et un ans, jolie, gentille, attentionnée. En remerciement la vie lui a donné un gentil beau-père qui l’a fait filer chez sa grand-mère et un gentil patron qui ne lui a pas filé une vraie journée de repos depuis plus de quinze jours. Et elle gagne à peine plus que moi qui, si je le voulais, pourrais faire du hamac toute la journée en lisant Williams (Tennessee) ou Stendhal ou un livre tout fluo m’apprenant à devenir millionnaire en inventant un concept pour faire encore plus de mal que de bien.
Ce que je veux dire par là vous le savez, nous le savons tous, même la chienne le sait : C’est la merde. Mais il faut croire qu’on l’aime cette merde vu qu’on en reveut une tartine encore bien épaisse à chaque élection. Soit le Français est totalement con (ce qui n’est pas à exclure), soit il est maso (ce qui n’est pas à exclure non plus et n’empêche pas la première possibilité), soit il n’a pas encore assez souffert et en redemande (remplissez la parenthèse avec la formule de votre choix).
Peut-être simplement qu’il est impossible à la majorité d’entre nous d’avoir une vision d’ensemble, cohérente et raisonnée sur ce qui nous entoure ? Entre les robinets qui fuient, les courants d’air, les chiens qui saccagent les poubelles, les boulots de merde, les achats de bouffe de merde, l’impossibilité d’acheter autre chose que de la merde, l’impossibilité de commencer un petit business, pour voir ce que ça donne, pour nous sortir la tête de l’eau, tranquillement comme ça, au noir, puis avec l’argent gagné essayer de monter quelque chose d’un peu plus citoyen, tout ça avant que les normes et le fisc nous découragent d’avance, de l’argent qu’il faut sortir, et que l’on n’a pas, avant même d’espérer pouvoir en rentrer.
La terre est en train de brûler, de se pourrir, de se noyer. La priorité des gens est d’emmerder d’autres gens s’ils ne sont pas de couleur minoritaire, de religion minoritaire, homo, bi ou bizarre dans leur sexualité, s’ils ont des chiottes en plastique, s’ils ne pensent pas comme eux (donc bien), s’ils ne trouvent pas ça trop cooool que des pans entiers de devantures de magasins soient en anglais (sauf les jours et les horaires d’ouverture all right), s’ils trouvent que le parfum ça pue où que les types en pantalon taille basse et jambes moulantes ne sont pas vraiment des types, s’ils boivent du Prairie Oyster, s’ils fument, boivent, aiment la poésie et les jeans regular, s’ils aiment le café, s’ils sont mélancoliques, s’ils détestent faire du jogging, s’ils ont les dents tachées, s’ils ne pensent pas qu’il y a un rapport entre critiquer quelqu’un qui mange de la viande et quelqu’un qui change tous les deux mois de téléphone et donc fait bien plus de dégâts, s’ils ne sont pas d’accord pour qu’un nouveau centre commercial s’ouvre à dix kilomètres d’un autre centre commercial déjà bien assez gros, s’ils s’ils cils…
Ouais, ça valait le coup d’aller voir comment ça se passait en métropole… Mais on a gagné la coupe du monde en chaussette, et les macronnistes ont le droit de se déguiser en flic (être flic = avoir la légitimité légale de la violence) pour taper du gauchiste tandis que je rame, comme beaucoup d’entre nous, pour trouver une bonne ligne, boucher la fuite du robinet, me faire rembourser une erreur judiciaire, empêcher le chien de fouiller dans la poubelle et tout saccager et pour savoir comment – enfin – sans tunes au départ – démarrer une affaire qui puisse me faire vivre honnêtement tout en me permettant une vie de famille pas trop chaotique.
Ouais… Le pire est maintenant derrière toi Corbier.
Vous m’aviez manqué.

Laisser un commentaire