les larmes en croix
j’ai voulu dire à ma négresse
« Prends-moi dans tes yeux de tendresse »
mais je n’ai que serré le poing
trouvé refuge dans mes chagrins.
Déchirée de choix impossibles
ma vie : une noix qui dérive
troublée de doutes et sans malice
Vois,
ce qu’il reste de moi.
un fantôme irradié d’écrans
une bite en berne, un père absent
un artiste ? Ouais… Ça faudrait en causer
des lignes impossibles à suivre
sans fautes orthographiées
L’Écrivain Illettré.
Les écrits chiens de mes regrets…

Comment agencer la fortune
quand l’âme est sèche et le cœur rude ?
Je nous rêvais un beau voyage
Putain la gueule du naufrage !

Comment t’écrire que je ne reviendrais pas ?
Comment te dire que je crève sans toi ?

Comment vivre si toi ma chair,
coincé dans cet autre hémisphère
tu pousses, grandis, souris
sans que j’en sois de la partie ?

Je nous rêvais une famille
la nôtre n’existe pas.

Laisser un commentaire