poème

Pays des Droits Du Con

Je traine dans la rue
j’arpente des comètes
bouffe la fumée noire
d’un boss en Corvette

Et la nuit m’avale
à l’arrêt de bus, deux putes me regardent
je ne peux rien pour elles, j’ai pas un sac
elles ne peuvent rien pour moi, j’suis vidé

Dimanche soir, élections
Le choix entre l’obscurité et ceux qui l’ont crée
Au revoir, déception
Au lieu d’se cultiver ils d’viennent d’plus en plus cons

C’est pas à Beyrouth qu’ça passe

Mais nous sommes du bon côté
Ceux qui envoient les missiles
au lieu de se les bouffer.

Alors on peut se permettre
d’installer des bancs en biais
pour pas qu’les clodos puissent y pioncer
Ou souder des piquets
devant les vitrines des magasins
Ça fait pas plaisir aux touristes
de savoir que dans un pays riche
existe la pauvreté

Mais tout va s’arranger, Macron va nous sauver…
et puis les marchés sont rassurés

Une idole idiote, un loup chez les agneaux
la mort des savoirs faire, de la gratuité des hôpitaux
pour l’école j’en parle même pas.

Mais ne nous emportons pas, ce n’est pas audible.
Avoir des émotions ? En 2017 ?
Non mais allô quoi ?

Ils ont confondu Internationalisme
et Mondialisation
ils vont l’avoir, et par les urnes en plus !
Ah c’est du joli !
Bande de crétins téléguidés par
les sondages et la télé !

Mais que vais-je dire à mon gosse ?
Mon Petit Prince…
Molière, La Fontaine, Voltaire
Baudelaire, Jaurès, Montesquieu,
St Exupéry, Hugo, …
Mouais…
À quoi bon continuer de les enseigner ?
Personne n’est capable de les défendre.

Autant lui apprendre à faire la manche,
peut-être même comme en Inde,
l’amputer pour qu’il rapporte plus
puisque dans son karma est inscrit
le malheur d’avoir un père pauvre…
Comment lui payer l’école, à lui si brillant ?

Liberté, Égalité, Fraternité
C’est comme dire
« Je te serais fidèle mon amour »
ça ne peut plus exister.

Je suis un être analogique
un dinosaure périmé
au temps du hamburger impérissable
et du « tous connectés »

Quelle joie et qu’elle tragédie
d’être moins con qu’eux…
Mon si beau pays…

Ouais, moi l’ancien apprenti paysan
écrivain invendable et j’en passe
vraiment,
j’ai honte d’être Français.

Mais je ne suis qu’un petit abstentionniste non compté
Alors je me défile,
Mais vous autres,
Faudra pas venir pleurer…

Laisser un commentaire