Poème

Maison, douce maison

En caleçon et en marcel,
Trempés (eux et moi)
En train d’écouter du blues,
à 17h05
tout en sirotant un whisky sour bien vrai
Nous t’écrivons de mon nouveau chez moi.
Il était temps.
Trois ans que je n’avais pas déménagé
date fatidique quand on me connaît…
Jamais réussi à tenir plus,
que soit avec les gens ou les lieux.

C’est une colocation.
Pas les sous pour avoir plus…
Hormis un copain,
il n’y a que des étudiants
tout noir et tout musulmans
Tant mieux,
ils ne me piquerons pas ma bière
ni mon vin bon marché
alors ça devrait le faire…

Je ne demande rien d’autre que d’être peinard,
pouvoir écrire les couilles à l’air
(les boxer m’irritent la raie en ce moment…)
faire ma popote,
écouter ma musique
et faire venir une fille de temps en temps
quand j’en trouve une…
Rien d’autre…

Comme m’a dit un des coloc
étudiants en géographie de santé
(je te jure, il paraît que ça existe)
« C’est tranquille ici »
Tant mieux.
Je crois que le cactus et moi on sera bien…
Il a déjà pris ses marques sur la fenêtre
et moi rédigé mon premier poème…
Ça va le faire
Souhaite le moi.

Laisser un commentaire