Poème

steak au beurre

Autant profiter d’être (encore ?) inconnu pour me lâcher.

« Tu sais comment on fait avorter une musulmane ?
– Non.
– Ben tu lui assois le cul sur un radiateur.
– …
– …
– ‘ comprends pas.
– Mais si, le « beur » fond à la chaleur.
– Tu sais que t’es drôle toi ? »

Vu l’époque dans laquelle on est,
je me demande combien d’insultes,
de menaces, de plaintes je vais me prendre
pour ces quelques lignes ?
La rançon du succès.

Comme quoi les gens sont des faux-culs intégraux.
Pas plus intolérant qu’une association antiraciste.
Pas plus vicieux qu’une pensée correcte.
Pas plus violent qu’un militant anti arme.
Pas plus désinformant qu’un journal d’informations.

Hier je racontais avoir cuisiné un canard à l’orientale :
1 – Faites revenir le canard dans sa graisse puis réserver
2 – Dans le gras, faites dorer des oignons, du miel et du vinaigre balsamique
3 – ensuite ajoutez de l’ail, du gingembre, de la coriandre, du cumin, des raisins secs, et noyez le tout dans un demi-litre d’eau au bouillon de volaille.
4 – Remettez le canard et laissez mijoter à feu doux et sous couvert pendant une heure.
5 – Puis ressortez le canard (il aura voyagé celui-là !) et balancez un feu vif pour réduire un peu le tout – mais pas trop.
6 – Enfin, versez de la crème, mélangez bien, et servez avec de la semoule.
Et alors me direz-vous ?
Ben personnellement j’ai trouvé ça sans plus,
ma maîtresse, elle, a bien aimé.
MAIS
comme je m’en fous à peu près de tout ce que je raconte,
il a fallu que je balance cette recette à un gars
dans la salle d’attente
d’une clinique vétérinaire…

et…
vu l’époque dans laquelle on est,
je me demande combien de temps il va falloir
à ceux dont le slogan est
« Si t’aimes pas les animaux, t’aimes pas les hommes »
pour me montrer toute leur humanité.

En attendant ce succès,
autant se faire un steak au beurre
et palper du clavier.

2 Comments

Post a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*