Une de la semaine

Chronique Souterraine #34 – Si j’ai une fille un jour, je l’appellerai France (mais j’attends après-demain pour me décider).

    Si l’on m’avait dit un jour que mes thèmes de prédilection dans l’écriture se retrouveraient sur la place publique, je me serais dit que définitivement l’alcool me rend fou. Et pourtant… me voilà bien dans la merde ! Dans la merde parce que j’ai raison (même si j’adore avoir raison), et surtout parce que j’ai eu raison plusieurs fois de suite MAIS c’est la merde parce que, bien au confort dans mon anonymat précaire, personne ne me lit, donc personne ne m’écoute, donc la merde va continuer. Donc finalement, j’ai encore peut-être de quoi écrire.
    Tous les torcheurs de blabla vont maintenant s’engouffrer dans la brèche du frigo vide et du loyer impayé.

    J’imagine que le premier gars à faire un bouquin sur les gilets jaunes fera un carton et n’aura, à coup sûr, plus jamais un problème de loyer impayé et de frigo vide. Enfin, au train où ça déraille, il fera un carton s’il arrive à trouver du papier d’impression et s’il ne se fait pas cartonner avant. Par esprit de contradiction, pour être toujours en résistance en rapport à l’idée dominante, je vais devoir me mettre à écrire du Musso ou de la fantasy avec des elfes à la con ! Bonjour la cata !
    Et pour cela vous faites chier les gilets jaunes !
    Pourtant je suis gilet jaune.
    Je suis gilet jaune même si je n’ai pas de bagnole et même pas de gilet jaune.
    Je suis gilet jaune parce que j’ai été trahi, méprisé, exclu. Parce que l’on m’a pris de haut et que ça m’a rendu fou, et que cette folie m’a rendu encore moins audible, et que les gens bien placés s’en sont servis pour me qualifier d’ « extrême », de pas « audible », de « marginal », déraisonnable. Comme si la misère avait une raison valable en dehors d’une feuille de calcul. Je suis entré en résistance, j’étais seul, j’ai perdu. Et j’ai écrit tout ça. Je l’ai écrit avec des milliers, voire des millions de mots, en poèmes, en nouvelles, en romans.
    Suis-je gilet jaune ? Où les gilets jaunes sont-ils devenus souterrains ? Pour ma part, ça fait longtemps que je l’ai écrit : ma liberté n’est pas négociable.

    Bref, voilà mon fond commerce souterrain monté à la surface, visible sur toutes les chaînes, toutes les radios, tous les ronds-points. Là où ça craint, c’est justement parce que ça me ressemble : une réalité à vive flinguée par des émotions, avec beaucoup de mauvaise foi et de la connerie entre chaque ligne. Et si ça peut être joli stylistiquement sur une page, les émotions connes, c’est un truc à vous cramer un pays.

Alors voilà le hic : comment écrire de l’original maintenant ? Car maintenant, les nouveaux venus vont dire que mon Appellation d’Origine Incontrôlable n’est que de l’opportunisme, un surfe sur une vague de révolte pour vendre mon bazar !
    Si je crève demain, s’il vous plait, marquez comme épitaphe « Ils lui auront cassé les couilles jusqu’au bout ! ».
    Bon, dans tous les cas, je n’ai rien, donc rien à perdre. J’attends juste que le port soit débloqué, histoire de récupérer mes bouquins et traverser la rue avec pour les vendre.

    Difficile de faire la part des choses entre le citoyen et l’écrivain ces derniers temps. Et difficile de trouver l’angle de vue sur lequel parler des gilets jaunes sans faire un copier/coller de ce que l’on entend çà et là. Dans tous les cas la fête organisée par Macron pour les cinquante ans de mai 68 aura été un succès ! Et lui qui n’avait comme seul désir que d’avoir un rendez-vous en tête à tête avec l’Histoire, il doit maintenant en chier des cargos entiers de bons d’invitations venus du peuple !

    Maintenant moi, j’attends la dictature, je veux dire, la vraie, pas celle qui se fait passer pour une démocratie. Pourquoi je dis ça ? Parce que je l’ai déjà écrit : les gens sont cons. Même réveillés. Trente ans d’avancées technologiques et de misères sociales en ont fait des gamins capricieux, remplis de désirs frustrés et de cervelet vide. Y’a qu’à voir le nombre de fautes d’orthographe comptables sur les messages des « meneurs officiels ». En plus d’être considérés comme des beaufs, ils écrivent comme. Je ne dis pas qu’il faut être impeccable, moi aussi je peux laisser quelques fautes, mais 1 je ne parle pas à des centaines de milliers de gens, 2 j’en n’en fais quand même pas au point de faire saigner les yeux de mes lecteurs. Se dire fier d’être français pour la cause révolutionnaire, c’est bien, mais la France est aussi connue pour sa langue, quand elle est parlée, et quand elle se retrouve dans la bouche d’une étrangère.
    En revanche, causé en live ça, ils savent le faire. Tout le problème : beaucoup d’écran, peu de lecture…
    Alors je disais que j’attendais la dictature. C’est mon ressenti et, malheureusement, il est partagé, notamment par Étienne Chouard, Philippe Pascot et même Emmanuel Todd s’est exprimé à ce sujet. Dans ma chronique précédente, je disais trouver ça bizarre cette surmédiatisation du mouvement. Quand on sait que les médias appartiennent à ceux qui nous font élire nos maîtres, en effet, y’a de quoi flipper. Et depuis une semaine, on entend quoi ? « On craint des morts sur Paris ». Alors je me connais, et je connais les émotions connes. Rien de mieux pour énerver quelqu’un que de lui dire de se calmer. Ça rejoint l’idée des médias de presser le monde à trouver des représentants. Pourquoi, on est pas bien là, à redécouvrir le temps de vivre autour d’un bon vin chaud en faisant connaissance avec notre voisin? Ben non, tyrannie de la vitesse les enfants, c’est ce qu’ils demandent, c’est ce qui nous tue, mais on va quand même le faire….

    Si les gilets jaunes ont l’intelligence saine de se méfier de ceux qui disent porter leur voix, il suffit simplement de les flatter en leur disant que la tête du roi est bientôt sur leur pique pour qu’ils redeviennent ce qu’ils sont : des gamins frustrés n’obéissant qu’à leur désir de combler cette frustration. Non, ils la veulent leur castagne ! Ils sont à vif, je sais, je l’ai dit, j’ai connu. Et je connais la fin aussi : rien de bon. Sensibilité extrême entraine comportements extrêmes, et l’extrême fait peur aux adultes. Les adultes préfèreront toujours l’ordre.
    Alors quand demain Paris sera en feu, demandez-vous s’il ne fallait pas mieux continuer à bloquer tranquillement l’économie en province, défoncer les radars, se réapproprier l’espace public, pourquoi faire des jardins communs sur les ronds-points ?
    Parce qu’après demain lorsque les bidasses tireront sur la foule, au lieu de crier immédiatement à l’insurrection, sachez aussi vous remettre en question, et ne pas systématiquement faire comme votre ennemi : accabler l’autre. Écouter, entendre et maintenir le cap, être persuader que votre cap est bon, et ce même si tout démontre que vous avez tort, d’un côté comme de l’autre, ça s’appelle de la connerie. Et un con n’en vaut pas mieux qu’un autre.

    Je dis ça de façon totalement égoïste, depuis six mois, je grappille quelques sous pour rentrer en France retrouver mon fils. J’espère que lorsque j’aurai cet argent, la France sera toujours là, mon fils dedans et que l’idée au mettre au point une véritable démocratie aura dominé celle d’envahir les rues de sang. Ça voudra dire que les Français sont devenus adultes et réfléchis… pas gagné de flinguer trente ans de lavage de cerveau en un mois. Car c’est du boulot la démocratie, ça demande un effort constant.
   À dans une semaine pour en reparler. D’ici là, pensez (je sais, c’est dur) à prendre soin de vos petits. Les loups arrivent… et ils ont faim.

Laisser un commentaire