Et si on faisait un journal Underground ?

….Il fut un temps – mais vraiment y’a très longtemps – dans un monde imaginaire et révolu où les gens lisaient et aimaient les écrivains, existaient un truc bizarre appelé : Revue littéraire. En gros ça se passait comme ça : un écrivain – connu ou non – envoyait un poème ou une nouvelle qu’il venait de taper sur une bonne vieille machine à écrire puis la postait à un de ces journaux. Ce journal faisait deux choses :

….– Soit il refusait l’écrit et dans ce cas le retournait à ses frais (si si, je vous jure) accompagné d’une lettre plus ou moins détaillée justifiant ce refus.

….– Soit il acceptait de publier la nouvelle (ou le poème), gardait l’original et en échange envoyait un (maigre) chèque à l’écrivain pour son travail (si si, je vous jure aussi).

….Dans tous les cas, l’écrivain avait sa chance.

….Si des noms d’auteurs américains comme Hemingway, Salinger ou Henry Miller, vous disent quelque chose, sachez qu’ils sont passés par-là.

….Parce qu’admiratif (et un peu nostalgique aussi) de cet ancien monde que je n’ai pas connu, où chaque écrivain pouvait se trouver une place dans une ligne éditoriale (pour en savoir plus je vous renvoie à mon défi personnel pour l’année 2017/2018 en cliquant ici), où les éditeurs aimaient les écrivains et où les mots n’étaient pas cachés par une photo commerciale de l’auteur en vogue parce qu’il se vend, j’ai décidé de renouer avec cette tradition et cette culture. En somme, c’était un temps béni où l’artisan des mots pouvait expérimenter et tenter de se planter sans être passé au pilori.

….Ainsi, vous pourrez tous les jeudis matin lire une chronique inédite (mais néanmoins gratuite) de moi-même et, si je réussis mon coup (grâce au temps et votre concours) j’espère bien faire venir ici d’autres écrivains pas trop aseptisés, avec un son de cloche original par rapport à l’ambiance générale, et pourquoi pas (mais on en est encore loin) les payer pour leur boulot. Car c’est du boulot d’écrire. Le fantasme ultime étant – bien entendu – de créer une vraie revue papier et de réconcilier les gens avec la lecture (I have a dream).

….Vous l’aurez compris j’espère, la ligne éditoriale ici est tout à fait simple : LIBERTÉ. Alors, si vous pensez qu’à ce mot il faut mettre des “si”, et bien… évitons les bagarres et séparons-nous dès à présent.

….Voilà, pour les autres, si vous y trouvez un intérêt, n’hésitez pas à faire tourner, partager, et parler autour de vous de cet épuisant et merveilleux boulot qu’est celui d’écrivain.

….Vous pouvez voir les articles en cliquant sur les numéros en dessous ou grâce à l’intitulé Une de la Semaine

….En espérant vous régaler…

Laisser un commentaire