Si vous avez un tant soit peu d’observation, vous remarquerez qu’il n’y a aucun alinéa dans ce texte. Certains – les plus cultivés sans doute – se diront « tiens, il fait du Djian » (petit coucou à Charlie). Les autres, la majorité sans doute, s’en foutront et ils auront bien raison. La vérité […]

en lire plus

L’ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ? OK, SI TU VEUX. ET L’ÉGALITÉ ENTRE LES PÈRES ET LES MÈRES ON EN PARLE QUAND ?   « Le poète qui ne se soumet pas est un homme mutilé » Léo Ferré Vous ouvrez les yeux. Vous êtes trempé de sueur. Votre sueur pue. Vous regardez […]

en lire plus

  ….Exemple de roman dont je ferme le livre dès le premier paragraphe : ….Il fait beau ce matin. La légère brise rafraîchit mon café, le rendant buvable tandis que je regarde émerveillé (le cul des femmes passer ?) les nuages moutonner. Un mercredi qui attend l’été, tout va bien, internet est en panne. Du […]

en lire plus

…. 1 ….Si je publie cette chronique avec un jour de retard c’est que je suis un connard fini, doublé d’un alcoolique ruiné et triplé d’un queutard inassouvi. Inassouvi because sans succès. Comme dans le fric et l’écriture d’ailleurs. Mais qu’en ai-je à foutre au fond ? Mes seuls lecteurs étant pour le moment principalement […]

en lire plus

JOURNÉE ORDINAIRE ….Il faisait chaud et lourd dehors. Dans ma tête j’en parle même pas. Principe de vases communicants je suppose… ou ce truc spirituel à la con qui dit que tout est relié. Allez savoir… ….Ça a commencé au réveil, avec un bruit de perceuse directement dans la tronche. Le voisin s’était mis au […]

en lire plus

….Après avoir donné l’ordre de dégager par la force les manifestants et grévistes qui bloquaient les usines depuis trois jours, le Président entra dans le bureau de ses appartements privés. Il s’attendait à y trouver son grand ami et partenaire, monsieur Ralf Finery, président du GÉMII : le Groupement Émérite Mondial des Industriels et Investisseurs. […]

en lire plus

  suite de la chronique souterraine #3 (mais qui peut se lire à part)   ….Après un petit déjeuner rapide, François et les deux Allemandes se séparèrent. Bien entendu ils s’échangèrent leurs coordonnées et, bien entendu toujours, personne n’en fit jamais usage. ….Le pouce à nouveau tendu au bord de la route, direction le nord, […]

en lire plus